mercredi 30 novembre 2011

à la queue leu leu

dessin d'enfant

deux équipes: la mère et le loup
le loup prépare son feu. La mère vient suivie de ses agneaux qui se tiennent à la queue leu leu. Le dialogue s'engage:
la mère: que fais-tu là?
le loup: je ramasse des bûchettes
la mère: pour quoi faire ces bûchettes?
le loup: pour allumer mon feu
la mère: pour quoi faire ce feu?
le loup: pour faire chauffer mon eau
la mère: pour quoi faire cette eau?
le loup: pour affûter mon couteau
la mère: pour quoi faire ce couteau?
le loup: pour couper la langue à tes petits agneaux
la mère: quoi qu'ils ont fait mes petits agneaux?
le loup: ils ont mangé les fleurs de mon jardin
la mère: comment étaient les fleurs de ton jardin?
le loup: elles étaient rouges, bleues, vertes, jaunes, de toutes les couleurs.
le loup se jette alors sur les agneaux et cherche à les saisir

lundi 28 novembre 2011

martin-pêcheur, plaine de Sorques,
cliché: causette
Martin plonge, attrape son poisson, l'assome contre la branche et l'avale en se secouant
            devine ... devinette... celui qui trouve épousera la fille d'un roi
un porte-plume sur un porte-feuille

mercredi 23 novembre 2011

derniers feux


 Si vous saviez combien j’aime l’automne, combien je me sens accordé à cette saison. Les ardeurs de l’été ont pris fin, et avec elles, les tensions, parfois le mal-être qu’elles entraînent. Une douceur est là, présente dans l’air, les lumières, les ciels qui pâlissent. En elle se profile la menace du déclin, et c’est peut-être cette menace qui donne tant de prix à la splendeur de ces journées où la vie jette ses derniers feux…    « Dans la lumière des saisons » Charles Juliet

mardi 22 novembre 2011

parole!


la vraye science de la poutraicture descrite et démonstrée par maistre Jean Cousin, François Demasso, 1663
cliché: causette
Tête, pauvre tête, qui t’a conduite ici? La bouche de Drid s’ouvrit, la langue de Drid sortit entre ses dents et la voix de Drid répondit : - la parole.     (Henri Gougaud, conte d'Afrique)

vendredi 18 novembre 2011

mardi 15 novembre 2011

allant vers ...










cliché: causette
... il était arrivé au sommet de l'arbre et là, accroché parmi les feuilles, il avait découvert le vase d'or au col étroit, aux fines ciselures, aux anses délicatement recourbées. Seulement le vase était accroché à l'envers pour sembler être posé au fond de l'eau pure où il se reflétait comme dans un miroir. Le jeune garçon décrocha le vase et le porta au sultan. Et le sultan s'étonna grandement...  "le vase d'or" Natha Caputo

mardi 8 novembre 2011

et si...


Le petit garçon dit :  
- et si je montais dans l’arbre ?
- Si tu montais en haut de l’arbre, tu y trouverais un oiseau, un très bel oiseau et tu lui dirais :  « Bonjour, oiseau, comme tu es beau . »
L’oiseau serait très content, et pour te remercier, il t’inviterait à manger des chenilles dans son nid...       Alain Gaussel,le petit garçon dans l'arbre, in: la grosse pomme, ed Syros

vendredi 4 novembre 2011

les deux collines

à Lyon sont deux collines: Fourvière, celle qui prie
et de l'autre coté, la Croix-Rousse, celle qui travaille
sagesse lyonnaise: - Tout le monde peuvent pas être de Lyon. Il en faut bien d'un peu partout.
- Nous autres, pauvres canuts, nous pouvons pas nous payer le médecin; alors, nous mourons nous-mêmes.
- Il n'y a rien de tel que d'être obligé d'y faire pour y faire...       à méditer!

mercredi 2 novembre 2011

veillée funèbre

 "Soudain, voilà l’idiot qui enlève la défunte de la table où elle reposait et qui la traîne au grenier. « Qu’est-ce que tu fais, l’idiot ? » L’idiot répond : « Vous avez pris tout le bien à vous deux ; moi, vous ne m’avez laissé que ma mère ! » Il la monta en haut et se mit à crier à tue-tête : « Holà, braves gens, venez voir, on a tué ma mère ! » Craignant le pire, les frères lui disent : « Ne crie pas, l’idiot ! Tiens, voici cent roubles, voici un cheval ! » L’idiot prit l’argent, attela le cheval, mit la vieille dans le traîneau découvert ..."    les contes populaires russes, Afanassiev